« Il existe un réel engouement pour l’équipe de Bretagne »
PDF Imprimer

A trois semaines de la rencontre Bretagne v. Guinée Equatoriale, bretagne-football.org est allé à la rencontre du Kop Breizh et de son président Julien Lassalle pour savoir comment le groupe de supporters de l’équipe de Bretagne se prépare pour cet événement.

Bretagne-football.org.- Julien, vous êtes président du Kop Breizh, pouvez-vous nous présenter votre association ?

Julien Lassalle.- Le Kop Breizh est un groupe de supporters de l'équipe de Bretagne de football constitué sous la forme d'une association déclarée selon la loi de 1901. Fondé en 2007, le Kop Breizh est indépendant de toutes structures (y compris de BFA), mouvements ou partis politiques.

L'objectif de notre groupe est d'apporter un soutien inconditionnel à l'équipe bretonne, où qu'elle aille, c'est pourquoi depuis ses débuts le Kop Breizh a été présent jusqu'en Corse pour supporter les « Diaouled du ». Le groupe est ouvert à tous, des Bretons de tous horizons se retrouvent pour qu'en tribune nous puissions apporter notre soutien par des chants et animations.

Il est aussi important pour nous de se placer en dehors du championnat français, évitant en même temps toutes les rivalités que l'on puisse y trouver. Pour nous c'est essentiel de bien distinguer le championnat et l’équipe de Bretagne, c'est pourquoi à chaque rencontre on demande à chacun de ne pas apporter de maillots, drapeaux, ou écharpes d’un club de Ligue 1 ou de Ligue 2. Enfin nous avons choisi comme logo le surnom donné à la sélection bretonne : « Diaouled du », lequel signifie « Diables noirs » en français.

Bfo.- Comment est né le Kop Breizh ?

JL.- De la volonté de plusieurs supporters, dans leurs clubs respectifs, de lancer un groupe pour soutenir uniquement l’équipe de Bretagne. C'est notre amour du football et de la Bretagne qui priment et qui nous permettent de nous retrouver pour vivre notre passion et de la faire partager au public présent lors des matches. Depuis 2007, le groupe a pris de l'envergure et de la légitimité. Tout d’abord, à Saint-Brieuc en 2008, nous avons soudé les supporters et largement animé le stade, puis en 2010 nous étions présents en Corse, ce qui prouve l'engouement pour la sélection et l'activité du groupe.

Au début de l'aventure, rien n'était sûr pour nous, il n'y avait pas de match programmé alors que la vie du Kop Breizh est intimement liée à celle de l’équipe de Bretagne. Heureusement le match de 2008 contre le Congo a permis au groupe de s'ancrer dans le paysage. Aujourd'hui les joueurs, le staff et le public ont connaissance de notre activité et savent que nous serons là pour apporter notre soutien.

Bfo.- Serez-vous présent à Saint-Nazaire pour le match contre la Guinée Equatoriale ?

JL.- Oui, comme nous l'avons fait depuis la création du groupe. Il est encore plus important d’être présent étant donné que ce match est à domicile et qu'il s'inscrit dans la continuité du renouveau de 2008. Nous serons actifs en tribune, une animation est d’ailleurs en préparation. Une nouvelle fois, ce qui nous paraît important, c'est de réussir à créer une ambiance de fête autour de ce match, comme c'était le cas lors de nos précédentes prestations.

Un match à domicile est important et se prépare. C'est à chaque match l'occasion pour nous d'envoyer un message fort : il existe un réel engouement pour l’équipe de Bretagne. Ainsi nous animerons ce match avec la même ferveur qu'à Saint-Brieuc. L'entrée des joueurs sur la pelouse est un moment idéal pour une animation. Ensuite tout au long du match, des chants et gestuelles seront repris pour encourager les joueurs.

Comme à Saint-Brieuc, le Kop Breizh avait édité des tracts pour expliquer brièvement l’intérêt de suivre la sélection bretonne, on avait aussi écrit les paroles du « Bro gozh ma zadoù » pour que l'hymne breton soit chanté par un maximum de personnes. C'est une opération qui sera renouvelée pour le match contre la Guinée Équatoriale parce qu'entendre l'hymne breton résonner dans la tribune, c'est tout simplement MAGIQUE. Aussi mettrons-nous à disposition des drapeaux et des étendards. Des écharpes seront en vente libre pour que l'on puisse retrouver une tribune animée et aux couleurs de la Bretagne.

Bfo.- Sentez-vous au sein du Kop Breizh un engouement pour l’équipe de Bretagne ?

JL.- C'est vrai qu'il y a une forte volonté de voir vivre l’équipe de Bretagne, surtout au sein du groupe, car c'est l'essence même du Kop Breizh. Nous sommes les premiers à avoir eu cet engouement et c'est cette volonté qui nous pousse à supporter et vouloir s'engager aux côtés de cette équipe. Cette passion dépasse le groupe puisque régulièrement nous avons des demandes d'informations sur la sélection et pour savoir comment se procurer le maillot.

Tout cela montre que les Bretons ne sont pas insensibles à leur sélection. Avec le temps, c'est une équipe qui saura trouver son public. En 2008, à Saint-Brieuc, on pouvait clairement voir que le public poussait son équipe. Des spectateurs ont répondu présents bien que le match ait eu lieu en semaine. Ils venaient de toute la Bretagne.

Bfo.- Vous étiez du déplacement en Corse l’an dernier pour la « Corsica Football Cup ». Quels souvenirs en gardez-vous ?

JL.- De formidables moments ! D'abord avec les supporters corses qui nous ont chaleureusement accueillis et avec qui nous avons passé de très bons moments. C'était intéressant aussi pour nous de voir une organisation différente de la nôtre, mais aussi de voir qu'en Corse le soutien à leur sélection est important et… est supérieur à celui que rencontre l’équipe de Bretagne ! C'est en quelque sorte un exemple pour nous. En Corse, nous avons aussi partagé des moments avec l’équipe de Bretagne. Durant le tournoi nous avons pu suivre le groupe en assistant aux séances d’entraînements et aux matches.

La victoire à Bastia était un moment de communion et surtout de fierté, celle de voir notre équipe remonter au score pour ensuite l'emporter face à un Mondialiste de 2006. Ce qui nous a également touché, c'est l'accessibilité des joueurs et du staff. Le séjour nous a permis de renforcer nos relations avec eux. Au final, la « Corsica Football Cup » fut une très belle aventure. On peut juste regretter que de nombreux autres membres du groupe qui auraient aimé partager cette aventure n’ont pas pu le faire à cause de l’éloignement. Nous comprenons que des matches à l’extérieur permettent aussi de gagner en stabilité pour l'équipe. J'aurai aussi une pensée pour les Corses qui joue cette année contre la Bulgarie. Nous leur souhaitons une bonne continuation.

« Si demain, nous voulons voir une équipe nationale celte rencontrer notre sélection, alors c'est dès aujourd'hui qu'il faut soutenir l’équipe de Bretagne »

Bfo.- Qu’est-ce qui vous motive à supporter l’équipe de Bretagne ?

JL.- Dans un premier temps c'est surtout notre attachement et notre fierté d’être Bretons. Ensuite, le football étant un sport important en Bretagne, il est perçu comme un vecteur d'identité. C'est ce mélange qui nous pousse à suivre une équipe avec qui on se sent proche.

Je pense aussi qu'au sein du groupe, et même au-delà, il y a une caractéristique qui rend cette équipe encore plus belle c'est de savoir que les personnes qui travaillent à faire vivre la sélection sont absolument tous des bénévoles, que les joueurs professionnels le sont également et que malgré tout ils sont sur la pelouse. Ca signifie qu’ils ressentent le même attachement que nous pour la Bretagne ! On est donc sur un football populaire, celui qui fait vraiment vibrer tout un stade.

Bfo.- Avez-vous un souhait particulier au sujet de l’Équipe de Bretagne ?

JL.- Mon premier, c'est de voir l’équipe de Bretagne se pérenniser, que l'on puisse voir chaque année un ou deux matches, pour que ces rencontres puissent devenir incontournables pour ceux qui aiment le football et la Bretagne. Aujourd’hui, nous commençons sérieusement à comprendre qu'un rêve pourrait se concrétiser, celui de voir un jour des rencontres comme Bretagne v. Irlande ou Pays de Galles dans un grand stade breton.

C'est l'espoir de voir une telle rencontre qui nous donne envie de continuer à soutenir l'ensemble des personnes qui travaillent pour faire vivre l’équipe de Bretagne. Ce serait un événement énorme pour beaucoup de Bretons et une grande fierté de participer à cette rencontre. Pour terminer, outre-manche ils ont créé un tournoi interceltique et on pourrait très bien espérer y participer un jour !

Bfo.- Comment peut-on adhérer au Kop Breizh ?

JL.- Le plus simple est de prendre contact avec les membres du groupe sur notre forum : www.kop-breizh.niceboard.com ou encore de se rendre sur notre site internet : www.kopbreizh.org. L’adhésion est seulement de 5€ et nous permet de sortir des écharpes qui seront disponibles le jour du match auprès des membres.

Enfin pour terminer, le groupe souhaite inviter tous les passionnés à nous rejoindre pour renforcer notre soutien et nos prestations. Même si, les jours de matches, les stades ou les adversaires ne sont pas ceux « rêvés », c'est une sélection en total renouveau après les événements politiques qui l’ont empêché de jouer entre 1999 et 2005 (*).

Si demain, nous voulons voir une équipe nationale celte rencontrer notre sélection, alors c'est dès aujourd'hui qu'il faut soutenir l’équipe de Bretagne. »

 

Merci à Julien Lassalle pour cette interview et les photos du groupe.

(*) Bfo.- Le Directeur Général de la Fédération Française de Football (FFF) de l’époque avait, de son propre chef, décidé d’empêcher l’équipe de Bretagne de jouer, au mépris des règlements de la… FFF. Bfo reviendra bientôt sur cette époque, la plus sombre de l’histoire de BFA